Forum RP
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 John Drake Archer [Les Damnés]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Drake Archer
Prince
avatar

Messages : 47
Localisation : New-York

MessageSujet: John Drake Archer [Les Damnés]   Sam 21 Aoû - 15:47

HRP:

Age: 20 ans.
Comment avez-vous connu Réincarnation? J'en suis le co-fondateur.


RP:

Nom: Archer.
Prénom(s): John Drake.
Age: 28 ans.

Nationalité: Français d'origine, Archer a voyagé aux quatre coins du monde jusqu'à l'âge de onze ans avant d'aller s'installer à New-York avec sa famille. De père New-Yorkais et de mère parisienne il possède la double nationalité et est parfaitement bilingue.

Profession: Associé majoritaire dans un grand cabinet d'avocat de New-York.
Nom porté sur Gaïa: Liorth Midurn, général des armées du Léviathan.

Pouvoirs:

Omniscience: Archer à hérité du don qu'avait Liorth pour percer le cœur et l'esprit de quiconque, connaissant ainsi les moindres aspects de la vie de ce dernier pour peu que les réponses ne se trouvent dans sa mémoire. Ce don très utile est notamment ce qui lui a permis en tant qu'avocat de se hisser au sommet de sa profession, trouvant dans le subconscient du parti adverse les réponses et les aveux dont il a besoin pour défendre son client, tout le monde a ses secret et Archer est passé maître dans l'exploitation de ces derniers. Ce don nécessite une grande concentration de la part du lanceur si bien qu'il n'est pas en mesure de l'utiliser correctement sous la pression, mais pour peu qu'on lui en laisse le temps, Archer est parfaitement en mesure d'appréhender la manière de combattre d'un assaillant et de réagir en conséquence, ce pouvoir peu donc également être un atout majeur en combat.

Invisibilité: Une autre des nombreuses caractéristiques que lui a légué son prédécesseur et sans conteste l'une des plus utiles. Archer peut en effet se fondre dans le décor jusqu'à disparaître totalement aux yeux de tous pour une durée variable dépendant de l'intensité lumineuse et du terrain dans lequel il souhaite disparaître. Tout comme son don d'omniscience, Archer aura su mettre ce talent au profit de ses clients, en faisant disparaître des preuves ou en incriminant ses adversaires, nul besoin de préciser que tout les moyens sont bons pour remporter une affaire et l'argent qui va avec. Ce don agissant de manière instantanée, il est également très pratique en situation martiale et permet en quelques instants de déstabiliser l'ennemi et de prendre l'ascendant dans un affrontement car peu importe la force et l'agilité d'un combattant, une menace invisible et implacable reste efficace en toute circonstance.

Description de votre personnage:

Faut avouer que j'aurais pu être plus malchanceux lors de la grande loterie de la Réincarnation, Archer a plutôt été gâté par la nature autant sur le plan physique que sur le plan intellectuel. Question de génétique d'une part et d'éducation de l'autre j'imagine, c'était pareil à mon époque, sans vouloir me vanter... Archer est le genre de type qui parvient à mêler l'élégance à la nonchalance sans pour autant être grossier. Une barbe a moitié rasée et des lunettes de soleil sur le museau, le tout dans un costard sur-mesure de plusieurs milliers de dollars réalisé par les plus grands couturiers de la ville et du monde, autant dire que le gamin ne se refuse rien. Certains vous diront que c'est le boulot qui veut ça, mais moi j'ai surtout l'impression que ça lui plait de jouer les gravures de mode 24/7 et s'il n'y avait pas les femmes je dirais que c'est là sa plus grande faiblesse. Charmeur, séducteur et dragueur invétéré, Archer n'en reste pas moins un parfait gentleman, il aime goûter à tous les plaisirs de la vie et ne se prive pas lorsque l'occasion de le faire se présente à lui. Athlète à ses heures perdues, il prend soin de son corps au moins autant que de son apparence, et même si personnellement je trouve qu'il en fait parfois un peu trop, ça semble plaire à la gente féminine de cette époque...

Néanmoins, lorsque l'on vient à aborder son gagne-pain, le joli garçon drôle et séduisant qu'il est peut se transformer en un redoutable prédateur. Ambitieux, Archer est près à tout pour se hisser aux sommets et défendre ses clients, qu'ils soient honnêtes ou véreux, pour peu qu'ils payent correctement ils deviennent alors sa priorité numéro un et autant dire qu'il est prêt à tout pour remporter une affaire, sans pour autant éveiller le moindre soupçon sur les méthodes peu orthodoxes qu'il emploie. Froid et calculateur, ses plaidoyers, généralement accompagnés d'une gestuelle à la Phoenix Wright, font toujours leur petit effet et il n'est pas rare qu'il soit en mesure de déstabiliser quiconque via quelques répliques bien placées. Discret malgré le piédestal au sommet duquel il s'est hissé, Archer tient par dessus tout à ce que ses aptitudes hors du commun et sa nature démoniaque demeurent un secret aux yeux de tous. De ce fait, il a troqué mon naturel belliqueux pour une nature plus sournoise bien qu'aussi dévastatrice, usant de stratagèmes toujours plus élaborés pour prendre l'ascendant sur les êtres de lumière. Par conséquent, Archer ne se lancera jamais dans un affrontement qu'il n'a pas la certitude de gagner et s'il peu éliminer un adversaire avant même que celui-ci ne s'en rende compte il n'hésitera pas une seule seconde. Si seulement cet imbécile pouvait être aussi impitoyable vis à vis de sa sœur, ça nous éviterait bien des emmerdes...


Dernière édition par John Drake Archer le Mar 31 Aoû - 20:46, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reincarnation.forumactif.us/database-f55/john-drake-arche
John Drake Archer
Prince
avatar

Messages : 47
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: John Drake Archer [Les Damnés]   Sam 21 Aoû - 15:48

Histoire sur Gaïa:

Chapitre I: L'ascension d'un héros.

Aussi loin que puissent remonter mes souvenirs, ou plutôt ceux que Liorth m'a transmit en rêve, la noble famille des Midurn qui m'a engendré a toujours vécue à Zalemh, et ce depuis la création même de la cité. Mon père était un Lieutenant du Béhémoth ayant combattu au côté du seigneur Inhfern dès les premiers instants de son règne, alors qu'il n'était encore que le leader d'une bande de tribus barbares à peines unifiées. Dernier rejeton d'une famille de huit garçons, autant dire que je pouvais faire une croix sur l'héritage familial et même si mon enfance fut des plus dorées, seule une carrière militaire me tendait les bras à l'arrivée. C'est donc à l'âge de quatorze ans, alors même qu'une bataille se préparait sur les plateaux de Gorgo, que j'entrais dans au service du Léviathan sous les ordres d'un de mes ainés. L'armée est une histoire de famille chez les Midurn et avec sept frères dispersés dans tous les corps de métier qu'elle proposait autant dire que je n'avais guère d'autre choix que de suivre les traces de mes prédécesseurs.

Comme tout bon noble qui se respecte j'avais depuis ma plus tendre enfance reçu une formation martiale et militaire des plus complètes, aussi on hésita pas à m'envoyer directement sur le front à peine incorporé à un bataillon. Pour la première fois, le sang des ennemis de mon souverain entacha ma lame ainsi que mon visage, se mêlant au mien dans la fureur du combat. Nous sortîmes victorieux de la bataille et Gorgo tomba sous nos assauts, mais non sans sacrifices... Cette guerre ôta à la famille Midurn trois de ses enfants mais me propulsa au passage à la tête du contingent dont mon frère en mourant avait laissé le commandement vacant. Un peu sceptiques au départ, ce n'était pas la première fois que ces soldats voyaient un noble se propulser à leur tête à grands coups de pistons et de pot-de-vin, mais quand le noble en question n'est qu'un gamin la pilule est d'autant plus difficile à avaler. Jeune et entêté, ma lame était toujours la première à croiser le fer et ce tempérament plein de fougue me permis de faire mes preuves devant mes hommes mais aussi devant mon roi dont l'intérêt pour ma petite personne ne cessait de croître.

Liorth, à la bataille de Gorgo.

Gravissant les échelons au rythme des batailles, ma consécration ne tarda pas à arriver quand en l'an 691 j'assurai notre victoire à la bataille de Pandenec. L'armée du Léviathan avait subit de lourdes pertes ce jour là, j'étais à la tête d'un bataillon de cinq-cent soldats dont un bon quart avait succombé. La cavalerie ayant bloqué notre retraite, nous coupant par la même occasion de la chaîne de commandement, nous n'avions d'autre choix que de créer une brèche dans leur mur d'enceinte. Nous nous engouffrâmes dans la ville presque aussitôt, fort d'à peine deux-cent hommes, les autres ayant péri sur les remparts. Nous nous étions enfermé dans la cité, à la merci de l'ennemi et sans aucun espoir de voir débarquer le moindre renfort, mais nous n'étions pas des Léviathan pour rien, ainsi je donnais l'ordre à mes troupes de se disperser et d'incendier la ville toute entière. Le résultat fut imminent, et alors que femmes, enfants et vieillards périssaient sous les flammes devant mes yeux, l'armée adverse était mise en déroute, ne sachant plus si elle devait combattre les soldats ou le feu. Sautant sur l'opportunité que nous leur avions offerte, le reste de notre armée s'empara de la cité à moitié en cendre à une vitesse fulgurante, la victoire était à nous.

Chapitre II: Une ombre au tableau.

Alors âgé d'à peine 30 ans, je rencontrais enfin l'homme pour qui j'avais livré tant de batailles durant toutes ces années, fort de ma victoire et du soutien de mes soldats survivants je faisais pourtant bien pâle figure devant la grandeur de notre souverain. Nous étions dans la salle du trône du palais de Pandenec que nous venions de mettre à sac, tous incliné que nous étions devant le passage de notre roi. Une fois assis sur le trône du vaincu, ce dernier congédia l'ensemble des personnes présentes, excepté moi, qu'il invita à s'approcher de lui alors que les portes de la grande salle se refermaient. Dans cette vie comme dans l'autre je n'ai pas le souvenir d'avoir jamais été aussi nerveux, pourtant il me calma en apposant simplement sa main sur mon crâne alors que je courbais l'échine. C'est à cet instant précis qu'il apposa sur moi sa marque, libérant la part de ténèbres qui était enfouie au plus profond de moi. Les horreurs que j'avais pu commettre au cours de mes années de service avaient sans nul doute préparé le terrain en attente de la venue de cet être noir qui n'était autre que moi même.


Liorth, général du Léviathan.
Je sombrai dans un coma profond au cours duquel mes démons tentèrent de prendre l'ascendant sur moi pour avoir le contrôle de mon corps mais je ne me laissai pas démonter pour autant. Après deux semaines de lutte acharnée pendant lesquelles je du tenir le lit, je parvins enfin à un compromis avec moi-même, décidant d'un commun accord de contrôler cette enveloppe charnelle à deux, bien conscient qu'aucun de nous deux ne survivrait si nous devions poursuivre les hostilités. En ces termes, je sortais enfin de mon long sommeil, plus puissant que je ne l'avais jamais été mais ce n'était pas tout, bien que nous ayons fusionné, je sentais bien que la présence de cette part d'ombre dans mon âme était en train de me consumer à petit feu, avais-je fait une erreur? il était trop tard pour le dire... D'autant qu'à nouveaux pouvoirs, nouvelles responsabilités, on m'annonça à peine sorti de ma torpeur que j'avais reçu une promotion et venais d'être nommé Général des armées du Léviathan. Un peu chamboulé par ce flot d'évènements, je ne pouvais m'empêcher de me réjouir de ce qui m'arrivait, dernier héritier des Midurn, mes sept frères ayant été emporté par la guerre, mon ascension atteignait son paroxysme.

Pourtant, je ne pouvais combler le vide qui s'était installé en moi, même si j'avais tout ce que tout homme pouvait désirer, je n'étais pas encore satisfait et il m'en fallait toujours plus. Je fis taire cette faim insatiable tant que je pu, tant que Sihon Inhfern nous abreuvait des guerres qu'il déclenchait ça et là cela me convenait et je pouvais réprimer certaines de mes envies en me défoulant sur le champ de bataille. Suite à la prise de la cité d'Artus par l'armée du Dragon, notre souverain nomma un nouveau général et nous convia à se joindre à lui à Zalemh pour quelques jours. J'avoue avoir été surpris en voyant débarquer Sokaris dans les appartement de sa Majesté, celui-ci n'étant pas issu de la noblesse, j'avais un peu de mal à avaler le fait qu'un roturier puisse accéder à un poste aussi prestigieux que le mien. Mais si comme moi il avait subi la marque de notre roi sans perdre l'esprit pour autant, il avait largement les épaules pour le job, je décidais malgré tout de garder mes distances, affichant une méfiance à peine dissimulée à son égard.

Chapitre III: La fin d'un règne.

Mais notre roi ne nous avait pas fait venir pour féliciter le nouveau Général du Dragon, ce soir là, il nous exposa ses plans de conquêtes. Son objectif était d'étendre les frontières du royaume en annexant Daparis et Gorlz, un projet ambitieux qui allait mettre quelques années à voir le jour mais qui signifiait de nouvelles guerres et de nombreuses batailles en perspective. Ces plans me laissèrent un peu perplexe au départ, non pas qu'ils ne m'enchantaient guère mais j'avais un mauvais pressentiment vis à vis de cette guerre. Notre armée avait beau s'être révélée invincible jusqu'à maintenant, attaquer sur deux fronts simultanément les armées de deux royaumes entiers n'était-il pas surestimer nos propres forces? Mais Sihon Inhfern mis fin à mes doutes lorsqu'il nous confia à chacun un artefact sous forme de pendentif, dans ces derniers il avait déversé une partie de ses pouvoirs, nous permettant d'apposer par nous-même son sceau sur nos soldats. Commença alors une longue période d'entrainement au cours de laquelle les forces de nos armées se démultiplièrent grâce au pouvoir sombre que notre roi nous avait transmit, et lorsque près de dix ans plus tard Devlal déclara la guerre à ses voisins, nous étions près à donner l'assaut avec toute la puissance que cela impliquait. En 715, l'année où tout pris fin, le Léviathan était déjà aux portes de la cité fortifiée d'Olren, ne subissant que des pertes minimes face à un adversaire en tout point inférieur.

Pendant neuf mois nous bombardâmes la cité, enchaînant batailles sur batailles dans des plaines jonchées de cadavres à mesure que Daparis dépêchait des renforts et du ravitaillement. Nos pertes étaient minimes du fait du manque d'organisation de nos adversaires et de la force colossale de nos soldats, les trébuchets se chargeant de tout, la famine et la maladie s'installèrent bien vite dans Olren terminant le travail à notre place. Et lorsque je lançai enfin l'offensive, la cité s'effondra tel un château de cartes sous le poids de nos haches et de nos boucliers. En quelques heures seulement nous avions mis la cité à sac et érigé de nouvelles lignes de défense, faisant de la ville d'Olren un marche-pied imprenable en direction de la capitale de Daparis. La cité fortifiée étant notre, les renforts envoyés par l'alliance des quatre royaumes crée quelques mois plus tôt arriva bien trop tard et se brisa les dents sur les remparts qu'ils étaient venu défendre.

Nous n'avions cependant pas de temps à perdre, notre objectif suivant étant la cité portuaire d'Erlh, je décidais de poursuivre notre avancée en coupant directement à travers les lignes ennemis. Hélas, un être de lumière était là pour s'opposer à la noirceur de mon âme, les anges s'étaient décidés à prendre part à l'affrontement si bien que je me retrouvai bien vite nez à nez avec l'un d'entre eux. Mickaël, l'un des trois séraphins arrivait malheureusement trop tard pour sauver Olren, mais juste à temps pour croiser le fer avec moi. J'eus tout juste le temps de dévoiler ma véritable forme qu'il était déjà à ma portée, un combat des plus épiques était sur le point de commencer, du moins c'est ce qui aurait du se produire... A peine eûmes-nous le temps d'échanger les formalités d'usage et notre première passe d'arme qu'une lumière blanche des plus éblouissantes envahit le champ de bataille, nous enveloppant par la même occasion.

Liorth, lors du grand Flash.

Puis plus rien, les rêves cessèrent de m'apparaître à partir de ce moment précis, comme si Liorth avait perdu la vie lorsque ce flash lumineux s'empara de lui. Je ne me l'explique pas encore mais je compte bien découvrir un jour qui est à l'origine de cette coupure dans l'histoire et quelles étaient ses raisons d'agir de la sorte...


Dernière édition par John Drake Archer le Jeu 26 Aoû - 10:51, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reincarnation.forumactif.us/database-f55/john-drake-arche
John Drake Archer
Prince
avatar

Messages : 47
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: John Drake Archer [Les Damnés]   Sam 21 Aoû - 15:49

Histoire sur Terre:

Chapitre Premier: Nouveau départ.

Mes origines sont loin d'être aussi dorées que celles que Liorth avait pu avoir à son époque, mais ma vie à été assez aisée jusqu'à maintenant pour que je n'ai pas à les lui envier. Ma mère Élise était une antiquaire parisienne qui vouait une passion à la limite de l'obsession pour les Artefacts de l'ère de Gaïa, du moins jusqu'à ce qu'elle ne rencontre mon père William. Banquier New-Yorkais en voyage d'affaire dans la ville de lumière, il abandonna tout pour cette femme qu'il finit par épouser, et dont l'union n'a eut pour autre résultat que ma naissance. C'est en 1985 que je vis le jour, dans un univers baigné d'amour, difficile de croire à cet époque là que mon corps allait hériter d'un sombre pouvoir issu des entrailles de l'histoire.


Élise, mère d'Archer.
Avec des parents férus d'histoire et bien décidé à percer les mystères de l'ère de Gaïa, nul besoin de préciser que mon enfance fut des plus mouvementée. A peine étais-je en âge de faire mes premiers pas que mes parents m'emmenaient déjà aux quatre coins du globe à la recherche de ces quelques morceaux d'histoire oubliés de tous et dont la valeur n'a d'égal que leur rareté. Car même si la quasi-totalité des vestiges de Gaïa ont disparu avec les civilisations de l'époque pour une raison encore inconnue aujourd'hui, ces quelques reliques inestimables sont la preuve de l'existence de ces peuples antiques. Parfaisant mon éducation au gré des voyages, la solitude et la difficulté à trouver des amis de mon âge était bien la seule ombre au tableau et malgré mon jeune âge j'étais déjà bien plus cultivé qu'aurait pu l'être n'importe quel gamin normal. La naissance d'une petite sœur vint finalement à l'âge de 5 ans combler ce manque de contact humain, et Julia devint instantanément ma meilleure amie et ma confidente, et encore aujourd'hui, elle est la seule femme que j'ai jamais véritablement aimé.

Alors âgé de onze ans, mes parents décidèrent qu'il était temps pour eux de mettre entre parenthèses cette interminable chasse dans laquelle ils s'étaient lancé au cours des quinze dernières années et de se consacrer à leur progéniture. Julia et moi n'avions connu que ce mode de vie nomade et nous nous y étions accoutumé depuis toutes ces années, pourtant, un peu de stabilité ne pouvait pas être foncièrement une mauvaise chose et nous acceptâmes cette idée avec enthousiasme. Ma famille s'installa donc à New York, en plein cœur de Manhattan, mon père reprenant son métier de banquier à Wall Street alors que ma mère trouvais un emploi dans une galerie d'art en attendant de pouvoir ouvrir son propre magasin d'antiquités. Julia et moi eûmes cependant un peu de mal à rentrer dans le moule maintenant que nous étions scolarisé comme le commun des enfants de notre âge, non pas parce que nous n'avions pas le niveau, bien au contraire, nos parents avaient fait un travail remarquable sur ce plan là, mais nous n'avions jamais eut affaire à la discipline scolaire de notre vie, ce qui posa quelques problèmes au départ, même si nous nous adaptâmes rapidement.

Chapitre Second: Rémanence du passé.

C'est durant mes dernières années de lycée que les choses commencèrent à changer véritablement, des rêves, réminiscences d'un passé depuis longtemps révolu se manifestèrent de manière quasi-continuelle dans mon esprit. Comme si je portais en moi les souvenirs d'un autre je revivais en accéléré la vie de ce parasite qui avait élu domicile en moi, Liorth Midurn, le Général du Léviathan, impitoyable serviteur de l'armée de Devlal et de leur roi Sihon Inhfern. Dès lors que je fermais les yeux ou que j'avais le malheur de m'assoupir il prenait le pas sur moi, devenant de plus en plus présent à mesure que sa vie se dévoilait dans mes songes. Jusqu'à ce que finalement, les rêves ne cessent de manière brutale, une lumière éblouissante en était la cause, elle avait marqué la fin de Liorth à l'époque et j'avais dans l'espoir que sa présence ne disparaisse irrémédiablement maintenant que je connaissais le fin mot de l'histoire, mais ce ne fut guère le cas. Il fallait que je me confie à quelqu'un, garder en moi un tel secret me consumait à petit feu, pourtant, j'étais incapable de prononcer le moindre mot, pas même à Julia pour qui je n'avais pourtant aucun secret.

Je décidais donc de confronter Liorth une bonne fois pour toute, usant d'une technique de méditation apprise au cours des voyages que j'avais fait étant enfant, j'entrais en contact avec l'âme excédentaire qui avait pris place dans mon corps. L'ancien général était quelqu'un de raisonnable, il m'expliqua plus en détail les raisons du déclin de Gaïa et finit par me proposer un marché pour que ce qui avait mis un terme à la guerre à l'époque ne se reproduise pas. Les termes de ce marché étaient simples, je conservais mon libre arbitre et il m'octroyait une partie des pouvoirs dont il avait hérité lors de sa propre transformation, en échange de quoi, je n'essayais pas de l'évincer et le laissais partager mon corps en tant que conseiller. Les termes me semblaient acceptables sur l'instant et je décidais de fusionner avec lui, cela équivalait à passer un contrat avec le diable mais je n'avais pas vraiment d'autre choix, et lui non plus d'ailleurs. Nous savions l'un comme l'autre que si nous devions nous affronter pour le contrôle de ce corps, personne ne pourrait être certain de l'issu du combat et nous ne pouvions nous risquer à perdre notre âme à l'autre.

Avec l'aide de Liorth je ne mis pas longtemps avant de contrôler parfaitement mes nouveaux pouvoirs qui bien que limités pour le moment constituaient déjà un atout non négligeable. Nous étions en 2003, je venais à peine d'entrer à l'université d'Oxford, bien décidé à décrocher un Master en droit afin de devenir avocat, et ces nouvelles aptitudes qui étaient miennes se révélèrent être une véritable bénédiction. Imaginez pouvoir pénétrer l'esprit de n'importe qui à son insu pour lui soutirer toutes les informations dont vous avez besoin... J'étais jeune à l'époque et le premier emploi que je fis de ce don était auprès des femmes, et croyez-en mon expérience, savoir ce qui se trame dans les pensées du sexe opposé est la manière la plus efficace d'obtenir un rencart. J'ai pas mal batifolé aux cours de ces quelques années à la fac, les professeurs ayant le savoir, il n'était pas bien difficile de prendre quelques années d'avance en l'espace de quelque minutes à leur contact et au bout de seulement deux ans je décrochais mon Master et faisais mon entrée au barreau de New-York. Hélas, certaines vérité ne sont pas bonnes à dire et il y a parfois des secrets que l'on aurait préféré ne pas connaître.

Julia, sœur cadette d'Archer.

Alors que je rentrais au domicile familial, mon diplôme en poche, je retrouvais enfin mes parents et ma sœur Julia après une longue absence, celle-ci semblait perturbé depuis mon retour et je sentais bien qu'elle me cachait quelque chose. Après seulement deux ans passé à l'étranger je n'aurais jamais cru que notre relation de confiance se détériorerais à ce point et je ne pu m'empêcher de sonder son esprit. Je ne mis pas bien longtemps à trouver ce qui clochait chez elle, et si j'avais su je me serais surement abstenu de faire une chose pareille. Tout comme moi, Julia avait reçu des dons extraordinaires, elle partageait désormais son corps et son esprit avec une entité nouvelle qui n'était autre que ce contre quoi je devait me battre. Julia était la réincarnation d'un ange, rien n'aurait pu me bouleverser plus encore et bouche bée, je regagnais ma chambre pour m'effondrer sur ma chaise de bureau. Allais-je devoir tuer ma propre sœur? Et quand bien même je l'épargnerais, jamais le conflit qui éclatera bientôt sur Terre ne sera aussi clément. Je décidais dans un premier temps de faire comme si de rien n'était, je connaissais sa véritable nature mais elle ne savait rien de la mienne, un avantage que je gardais précieusement dans ma manche au cas où les choses tourneraient mal, mais je ne pouvais me résoudre à la blesser, et je ne sais pas si j'en serai un jour capable...

Chapitre Troisième: L'avocat du diable.


Chrysler Building, Manhattan.
Les années passèrent, je m'étais installé au cœur de Manhattan non loin du cabinet d'avocat dans lequel j'officiais à mes débuts. En l'espace de quelques mois seulement je m'étais fait un nom dans le milieu et était devenu l'un des meilleurs avocat à la défense de la ville. Pas une fois je n'avais perdu un procès et même si mes dons y étaient pour beaucoup, personne ne pouvait se douter de la supercherie, ainsi des affaires toujours plus lucratives défilaient sur mon bureau jour après jour. Finalement, en 2009, je me voyais offrir une place en tant qu'associé dans l'un des plus prestigieux cabinets d'avocat de la ville, renommé pour l'occasion "Archer & Associates". Les bureaux situés dans les plus hauts étages du Chrysler Building représentaient alors une couverture parfaite et serait le point de ralliement des nombreux hommes et femmes qui comme moi avaient hérité des pouvoirs de nos ancêtres sur Gaïa. Je me sentais comme Kevin Lomax, à la différence près que je n'avais pas Al Pacino pour venir m'emmerder ou se taper ma femme.

Devenu l'un des hommes les plus influents de New-York de par la puissance judiciaire que j'inspirais, les capitaux engrangés par mon cabinet ne cessaient de croître, chers étaient devenus mes services mais mon implication pour mes clients valait bien les sommes qu'ils déboursaient. Cependant, ma nouvelle routine de dandy fut chamboulée lorsqu'en 2010, à mon retour de quelques vacances bien méritées à Paris, je trouvais Julia au beau milieu de mon salon. Mes parents sont connus pour être du genre impulsifs, aussi avaient-ils décidé de reprendre leur chasse au trésor intercontinentale après une quinzaine d'années de repos. Je n'avais rien contre l'idée, et les voir retourner ainsi à leurs premiers amours avait quelque chose d'attendrissant, je n'avais cependant pas prévu qu'en mettant les voiles ils ne me laissent la gamine sur les bras. Julia suivait des études d'art dans une université du coin et elle ne pouvait pas repartir à l'aventure aussi facilement que le firent mes parents. Je n'avais donc pas vraiment le choix même si l'idée me laissais un peu perplexe, non pas que transformer ma garçonnière en colloc' girly ne me dérange outre mesure, non, ce qui m'inquiétais c'était de voir le loup cohabiter avec l'agneau dans la bergerie...

Dans la famille on est du genre à s'adapter facilement à tout ce que la vie peut nous envoyer sur la tronche, bon comme mauvais, mais là je commençais sérieusement à douter de mes propres capacités. J'aimais ma sœur, là n'était pas la question, mais l'avoir en permanence à mes côtés pouvaient se révéler dangereux autant pour elle que pour moi et si elle venait à découvrir le pot aux roses, c'en était fini le l'amour fraternel et tutti quanti. D'un côté, je ne me voyais pas affronter Julia, j'avais déjà du mal à ne pas la laisser gagner au Monopoly, alors dans un combat armé... Mais d'un autre côté, je ne peut abandonner les nouvelles responsabilités qui sont les miennes en tant que Prince des damnés, cela réduirait à néant tous les efforts mis en place jusqu'à présent et aurait pour conséquence de faire basculer le monde dans une guerre ouverte et je ne pouvais permettre un tel massacre. J'allais devoir jouer un double jeu, d'un côté comme de l'autre je ne pouvais me défiler, sans quoi jamais je ne pourrais régner sur ce monde...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reincarnation.forumactif.us/database-f55/john-drake-arche
Mickaël
Séraphin
avatar

Messages : 98

MessageSujet: Re: John Drake Archer [Les Damnés]   Mer 1 Sep - 2:10

Validé !

Pour le reste, tu connais la maison Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Drake Archer [Les Damnés]   

Revenir en haut Aller en bas
 

John Drake Archer [Les Damnés]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réincarnation :: Fonctionnement :: Présentations :: Présentations validées-